Un extrait des délires doltoïens.


Voici, cher(e)s récalcitrant(e)s éclairé(e)s, un extrait d’un livre de Françoise Dolto. Si vous aviez commencé votre journée dans une atmosphère de tristesse, ce texte sera apte à solliciter vos zygomatiques, mais ne riez pas trop fort, cela ne plaît pas aux psychanalystes…

<!– /* Font Definitions */ @font-face {font-family:Times; panose-1:2 0 5 0 0 0 0 0 0 0; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:auto; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:3 0 0 0 1 0;} @font-face {font-family:"MS 明朝"; panose-1:0 0 0 0 0 0 0 0 0 0; mso-font-charset:128; mso-generic-font-family:roman; mso-font-format:other; mso-font-pitch:fixed; mso-font-signature:1 134676480 16 0 131072 0;} @font-face {font-family:"MS 明朝"; panose-1:0 0 0 0 0 0 0 0 0 0; mso-font-charset:128; mso-generic-font-family:roman; mso-font-format:other; mso-font-pitch:fixed; mso-font-signature:1 134676480 16 0 131072 0;} @font-face {font-family:Cambria; panose-1:2 4 5 3 5 4 6 3 2 4; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:auto; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:3 0 0 0 1 0;} /* Style Definitions */ p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal {mso-style-unhide:no; mso-style-qformat:yes; mso-style-parent:""; margin:0cm; margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:12.0pt; font-family:Cambria; mso-ascii-font-family:Cambria; mso-ascii-theme-font:minor-latin; mso-fareast-font-family:"MS 明朝"; mso-fareast-theme-font:minor-fareast; mso-hansi-font-family:Cambria; mso-hansi-theme-font:minor-latin; mso-bidi-font-family:"Times New Roman"; mso-bidi-theme-font:minor-bidi;} p {mso-style-noshow:yes; mso-style-priority:99; mso-margin-top-alt:auto; margin-right:0cm; mso-margin-bottom-alt:auto; margin-left:0cm; mso-pagination:widow-orphan; font-size:10.0pt; font-family:Times; mso-fareast-font-family:"MS 明朝"; mso-fareast-theme-font:minor-fareast; mso-bidi-font-family:"Times New Roman";} .MsoChpDefault {mso-style-type:export-only; mso-default-props:yes; font-family:Cambria; mso-ascii-font-family:Cambria; mso-ascii-theme-font:minor-latin; mso-fareast-font-family:"MS 明朝"; mso-fareast-theme-font:minor-fareast; mso-hansi-font-family:Cambria; mso-hansi-theme-font:minor-latin; mso-bidi-font-family:"Times New Roman"; mso-bidi-theme-font:minor-bidi;} @page WordSection1 {size:595.0pt 842.0pt; margin:70.85pt 70.85pt 70.85pt 70.85pt; mso-header-margin:35.4pt; mso-footer-margin:35.4pt; mso-paper-source:0;} div.WordSection1 {page:WordSection1;}
–> <!– /* Font Definitions */ @font-face {font-family:Times; panose-1:2 0 5 0 0 0 0 0 0 0; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:auto; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:3 0 0 0 1 0;} @font-face {font-family:"MS 明朝"; panose-1:0 0 0 0 0 0 0 0 0 0; mso-font-charset:128; mso-generic-font-family:roman; mso-font-format:other; mso-font-pitch:fixed; mso-font-signature:1 134676480 16 0 131072 0;} @font-face {font-family:"Cambria Math"; panose-1:2 4 5 3 5 4 6 3 2 4; mso-font-charset:1; mso-generic-font-family:roman; mso-font-format:other; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:0 0 0 0 0 0;} @font-face {font-family:Cambria; panose-1:2 4 5 3 5 4 6 3 2 4; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:auto; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:3 0 0 0 1 0;} /* Style Definitions */ p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal {mso-style-unhide:no; mso-style-qformat:yes; mso-style-parent:""; margin:0cm; margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:12.0pt; font-family:Cambria; mso-ascii-font-family:Cambria; mso-ascii-theme-font:minor-latin; mso-fareast-font-family:"MS 明朝"; mso-fareast-theme-font:minor-fareast; mso-hansi-font-family:Cambria; mso-hansi-theme-font:minor-latin; mso-bidi-font-family:"Times New Roman"; mso-bidi-theme-font:minor-bidi;} .MsoChpDefault {mso-style-type:export-only; mso-default-props:yes; font-family:Cambria; mso-ascii-font-family:Cambria; mso-ascii-theme-font:minor-latin; mso-fareast-font-family:"MS 明朝"; mso-fareast-theme-font:minor-fareast; mso-hansi-font-family:Cambria; mso-hansi-theme-font:minor-latin; mso-bidi-font-family:"Times New Roman"; mso-bidi-theme-font:minor-bidi;} @page WordSection1 {size:612.0pt 792.0pt; margin:70.85pt 70.85pt 70.85pt 70.85pt; mso-header-margin:36.0pt; mso-footer-margin:36.0pt; mso-paper-source:0;} div.WordSection1 {page:WordSection1;} –> <!– /* Font Definitions */ @font-face {font-family:Times; panose-1:2 0 5 0 0 0 0 0 0 0; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:auto; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:3 0 0 0 1 0;} @font-face {font-family:"MS 明朝"; panose-1:0 0 0 0 0 0 0 0 0 0; mso-font-charset:128; mso-generic-font-family:roman; mso-font-format:other; mso-font-pitch:fixed; mso-font-signature:1 134676480 16 0 131072 0;} @font-face {font-family:"Cambria Math"; panose-1:2 4 5 3 5 4 6 3 2 4; mso-font-charset:1; mso-generic-font-family:roman; mso-font-format:other; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:0 0 0 0 0 0;} @font-face {font-family:Cambria; panose-1:2 4 5 3 5 4 6 3 2 4; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:auto; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:3 0 0 0 1 0;} /* Style Definitions */ p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal {mso-style-unhide:no; mso-style-qformat:yes; mso-style-parent:""; margin:0cm; margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:12.0pt; font-family:Cambria; mso-ascii-font-family:Cambria; mso-ascii-theme-font:minor-latin; mso-fareast-font-family:"MS 明朝"; mso-fareast-theme-font:minor-fareast; mso-hansi-font-family:Cambria; mso-hansi-theme-font:minor-latin; mso-bidi-font-family:"Times New Roman"; mso-bidi-theme-font:minor-bidi;} .MsoChpDefault {mso-style-type:export-only; mso-default-props:yes; font-family:Cambria; mso-ascii-font-family:Cambria; mso-ascii-theme-font:minor-latin; mso-fareast-font-family:"MS 明朝"; mso-fareast-theme-font:minor-fareast; mso-hansi-font-family:Cambria; mso-hansi-theme-font:minor-latin; mso-bidi-font-family:"Times New Roman"; mso-bidi-theme-font:minor-bidi;} @page WordSection1 {size:612.0pt 792.0pt; margin:70.85pt 70.85pt 70.85pt 70.85pt; mso-header-margin:36.0pt; mso-footer-margin:36.0pt; mso-paper-source:0;} div.WordSection1 {page:WordSection1;} –> <!– /* Font Definitions */ @font-face {font-family:Times; panose-1:2 0 5 0 0 0 0 0 0 0; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:auto; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:3 0 0 0 1 0;} @font-face {font-family:"MS 明朝"; mso-font-charset:78; mso-generic-font-family:auto; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:1 134676480 16 0 131072 0;} @font-face {font-family:"Cambria Math"; panose-1:2 4 5 3 5 4 6 3 2 4; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:auto; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:-536870145 1107305727 0 0 415 0;} @font-face {font-family:Cambria; panose-1:2 4 5 3 5 4 6 3 2 4; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:auto; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:-536870145 1073743103 0 0 415 0;} @font-face {font-family:"\0022times\0022"; panose-1:0 0 0 0 0 0 0 0 0 0; mso-font-alt:"Times New Roman"; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:roman; mso-font-format:other; mso-font-pitch:auto; mso-font-signature:0 0 0 0 0 0;} /* Style Definitions */ p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal {mso-style-unhide:no; mso-style-qformat:yes; mso-style-parent:""; margin:0cm; margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:12.0pt; font-family:Cambria; mso-ascii-font-family:Cambria; mso-ascii-theme-font:minor-latin; mso-fareast-font-family:"MS 明朝"; mso-fareast-theme-font:minor-fareast; mso-hansi-font-family:Cambria; mso-hansi-theme-font:minor-latin; mso-bidi-font-family:"Times New Roman"; mso-bidi-theme-font:minor-bidi;} p {mso-style-noshow:yes; mso-style-priority:99; mso-margin-top-alt:auto; margin-right:0cm; mso-margin-bottom-alt:auto; margin-left:0cm; mso-pagination:widow-orphan; font-size:10.0pt; font-family:Times; mso-fareast-font-family:"MS 明朝"; mso-fareast-theme-font:minor-fareast; mso-bidi-font-family:"Times New Roman";} .MsoChpDefault {mso-style-type:export-only; mso-default-props:yes; font-family:Cambria; mso-ascii-font-family:Cambria; mso-ascii-theme-font:minor-latin; mso-fareast-font-family:"MS 明朝"; mso-fareast-theme-font:minor-fareast; mso-hansi-font-family:Cambria; mso-hansi-theme-font:minor-latin; mso-bidi-font-family:"Times New Roman"; mso-bidi-theme-font:minor-bidi;} @page WordSection1 {size:612.0pt 792.0pt; margin:70.85pt 70.85pt 70.85pt 70.85pt; mso-header-margin:36.0pt; mso-footer-margin:36.0pt; mso-paper-source:0;} div.WordSection1 {page:WordSection1;} –>


Commentaires : 


Dolto : « Mais d’abord le mot « lire » est un mot qui, pour certains enfants, éveille quelque chose de totalement tabou : c’est le lit conjugal des parents. »


Dolto a écrit : « certains enfants ». Déjà ce « certains » (…) nous gène. Lesquels ? Quels enfants ? Quelles en sont leurs caractéristiques précises ? Quel âge ? Quel sexe ? Quelle origine sociale ? Quel milieu de vie ? Quels centres d’intérêts ? Voilà tout ce que ce mot (« certains ») employé par Dolto peut englober. Il est donc employé comme un grand sac fourre-tout, où le vague et l’imprécision ôtent d’emblée le risque de la réfutation de ce principe théorique posé arbitrairement par Dolto. Où sont les classifications, les statistiques, les chiffres, etc., fournies par Dolto et qui permettraient d’y voir un peu clair, à travers cette expression : « certains enfants » ?


Ce qui est affirmé dans la théorie de Dolto c’est, un lien de cause à effet entre deux phénomènes : 1. La lecture (ou peut-être l’énonciation par un tiers) du mot « lire », et 2. Ce qui serait déjà dans les représentations de l’enfant et compris comme un tabou, le lit conjugal des parents. Ce serait donc par la lecture ou l’énonciation par un tiers du mot « lire » que l’enfant verrait se réveiller en lui (de manière consciente ou inconsciente …) un tabou lié au lit conjugal des parents, (il ne doit pas savoir ce qui s’y  passe, cet accès lui est tabou, interdit). 

Examinons maintenant, comment Dolto s’y prend pour démontrer ce lien de cause à effet :



Dolto : « Au moment où l’enfant est en train d’élaborer son interdit de l’inceste, le verbe du « lit » que leur paraît être le mot « lit » rend ce mot banni, et les activités qui entourent le fait de lire sont quelque chose qui le met dans un très grand trouble ».


Pour commencer, quelles sont les preuves fournies par la psychanalyse (preuves indépendantes, extra cliniques, bien entendu…), que l’enfant (tout enfant) « élabore (inconsciemment ou consciemment) un interdit de l’inceste » ? A l’époque de Dolto, il n’y en avait déjà strictement aucune. Et aujourd’hui, c’est toujours pareil : la psychanalyse n’a toujours pas fourni la moindre preuve valide, fondée sur des tests valides, que tout enfant élabore, inconsciemment ou consciemment, un « interdit de l’inceste ». Tout ce que la psychanalyse a pu fournir, ce ne sont jamais que des confirmations de cette théorie qui n’ont pu être lues qu’à partir d’elle, donc, qui n’en constituent pas une preuve valide. Ce ne sont que des biais de confirmation d’hypothèse, quoique s’agissant « d’hypothèse », il est plutôt question de vérité révélée, posée de manière totalement arbitraire, parce que, nous le répétons :sans aucune preuve valide.


Dolto écrit ensuite, « le verbe du lit » (peut-être a-t-elle pensé au “lit qui chante” (…), ou “qui grince”, par ses ressorts, lorsque les parents, eux, utilisent d’autres verbes d’action..?). Voilà bien une syntaxe tout à fait bizarre et incorrecte en tout cas. « Le verbe du lit » cela ne se dit pas en langue française. Pas plus qu’il soit correct d’écrire par exemple, « le verbe de la maison », ou « le verbe de l’arbre », ou de tout ce que vous voudrez d’autre. Et s’il avait été question du verbe lire dans l’expression de Dolto, c’était la même chose. En français, il est incorrect d’écrire, « le verbe du couru », ou le « verbe du mangé », ou de n’importe quel autre verbe.


La « méthode » de Françoise Dolto utilisée ici, n’est qu’une sorte de forceps dont la grossièreté est parfaitement ridicule. 

A quoi est censé lui servir ce forceps ? : à faire sortir à toutes forces de son raisonnement ce qui est justement et naturellement interdit par la logique, voire même le seul bon sens* : il n’est pas du tout évident, a priori, sauf à tenter de le faire croire par l’usage de telles expressions (« le verbe du lit »), qu’un enfant fasse, de manière indubitable, une association de sens, entre le mot « lit » (en l’occurrence, le lit conjugal des parents comme tabou pour l’enfant) comme un lieu « d’action » (où se conjuguent sans doute d’autres « verbes »…), donc comme un « verbe », et le verbe « lire », lui-même. Voilà comment Dolto n’hésite pas à employer des forceps rhétoriques aussi ridicules qu’incongrus, pour, d’une part, tenter de « faire sortir » une vérité qui n’existe pas, et d’autre part, pour ensuite nous la faire entrer dans nos esprits qui seraient crédules…Mais il est possible que l’effet de sidération provoqué par l’audace d’une telle formule, ait dû en convaincre plus d’un..


Il n’en  faut pas plus, à Dolto, pour affirmer que le mot « lit » est soi-disant « banni » par l’enfant (tout enfant, ou « certains » (…) enfants) sur la base non démontrée du fait que l’enfant ferait une association des plus douteuses et improbables entre un nom commun et un verbe d’action. Comment ? En essayant de faire passer l‘absurdité suivante : le nom commun « lit » est aussi pour Dolto un verbe d’action (comme lire), peut-être parce que dans un lit conjugal il peut s’y produire « beaucoup d’actions » que l’enfant ne doit pas connaitre.

Notons qu‘en général, il n’est évidemment pas absurde d’associer des noms communs à des verbes d’action. En effet, tout objet connu par un être humain est désigné par un nom commun, c’est-à-dire un terme universel. A moins qu’un objet soit connu pour ne servir à rien, les autres sont connus pour suggérer une action particulière, laquelle peut au minimum, suggérer un verbe d’action particulier, sachant que le verbe suggérer signifie « faire venir à l’esprit ».Par exemple, il est évident qu’une personne habituée à manipuler un stylo, lui associera probablement en le voyant, le verbe « écrire » (c’est-à-dire que l’action d’écrire, suggérée par la vue du stylo, est la plus probable qui puisse lui venir à l’esprit). De la même façon, un enfant qui verrait un jouet désignable sous un nom commun quelconque, pourrait aussi lui associer toute une série de verbes d’action relatifs à son usage. Mais, dans le cas de la méthode employée par Dolto, l’on se demande vraiment pourquoi deux objets aussi éloignés qu’un lit, et un autre relié à l’action de la lecture (comme un livre), pourraient être associés dans l’esprit d’un individu (et à fortiori celui d’un enfant), alors que d’ordinaire et surtout en faisant implicitement référence à l’activité sexuelle que  peuvent avoir les gens dans un lit, il n’y a strictement aucun lien entre le fait de lire et une quelconque activité sexuelle. Ou peut-être s’il était question d’une lecture érotique, (et les enfants ne sont pas du tout censés y avoir accès ou même s’y intéresser spontanément), à moins que l’on ne fasse comme les psychanalystes, c’est-à-dire que l’on attribue indûment des motivations « sexuelles » ou « érotiques » inconscientes à tout et n’importe quoi, et en particulier en faisant usage de la prétendue « sexualité infantile »… Et même dans ce dernier cas d’association, il n’y a vraiment aucune raison valable de penser qu’un interdit sur une activité sexuelle pourrait être relié à un autre sur celle de la lecture ou de son apprentissage… Sauf en utilisant la machine symbolique délirante de la psychanalyse, diverses suggestions opérées sur les enfants (et leurs parents), des anaologies croquignolesques, et l’effet de sidération occasionné par des formules aussi grotesques que « le verbe du lit », employées par Françoise Dolto.

Cependant, il y a un point sur lequel notre argumentation critique pourrait être perfectible et donner raison à Dolto :

En effet, la phonétique des deux mots, « lit » (le lit conjugal des parents) et « lis » (le verbe lire conjugué à l’impératif), est identique. En tout cas, il est incontestable qu’elle puisse apparaître identique à l’oreille d’un individu, qu’il soit adulte, ou non. Par conséquent, il est possible de conjecturer ceci : lorsque l’enfant reçoit cette injonction : « lis » (ce livre, ou ce texte, etc.), la phonétique du mot qu’il entend, en tous points identique à celui du mot « lit », (le lit de ses parents) peut sans doute éveiller en lui des souvenirs, ou des représentations diverses, liées au mystère de ce que peuvent faire ses parents dans leur chambre (dans leur lit, notamment..), et à un interdit posé par eux, du genre : « nous ne voulons pas que tu entres dans notre chambre ». Cette similitude phonétique serait donc des plus favorable à une association « inconsciente » par l’enfant, entre le « tabou », l’interdit de savoir ce qui se passe dans la chambre des parents (et dans leur lit), et une sorte de suggestion inconsciente à assimiler cet interdit à un autre : celui de lire un texte ou même d’apprendre à lire ?..

Avec de l’imagination (…), l’on peut aussi formuler cette autre conjecture : il est possible que l’enfant se représente une ressemblance entre les pages d’un livre que l’on feuillette devant ses yeux et les draps d’un lit que l’on ouvre, pour s’y coucher (?) et que c‘est par cette voie qu’il associe le lit conjugal de ses parents aux livres qu’on lui demande de lire (?).  

Donc, avec le symbolisme, on peut faire ce que l’on veut, et formuler beaucoup de conjectures (plus ou moins loufoques), en oubliant parfois qu’elles ne sont issues que d’un esprit adulte, et pas de celui d‘un enfant. Or, il nous semble que les psychanalystes, notamment avec leur fumeuse théorie de la « sexualité infantile », soient très enclins à considérer les enfants avec leurs probables représentations, comme des « adultes en miniature », ce qu’ils ne sont pas.

Quoiqu’il en soit, le problème de la preuve d’une relation de cause à effet, entre divers éléments essentiels de cette conjecture, reste entier, et Dolto ne fournit justement, aucune preuve, elle affirme, c’est tout.

Quelle preuve de cause à effet démontrée (et démontrable) y a-t-il entre la réception auditive par un enfant du mot « lis » (du verbe lire) et la mobilisation de représentations inconscientes liées au mot « lit » (le lit conjugal des parents) ? Quelle autre preuve de cause à effet sur les représentations y a-t-il entre deux mots possédant une phonétique identique, mais deux sens différents ? Quelles sont les conditions environnementales, et autres, qui peuvent provoquer des différences « d’effets de représentations inconscientes » d’un premier mot sur un second, et où les deux ont pourtant la même phonétique, mais des sens différents ? Quels sont les tests valides, extra cliniques et reproductibles que Dolto a soumis à la critique pour démontrer l’existence de preuves, sur de telles relations de causes à effet ? Réponse : aucun.

Notre question essentielle reste donc toujours la même : quels sont les preuves du lien de cause à effet fournies par Dolto, lui permettant d’affirmer une telle relation entre le statut de tabou du lit conjugal des parents pour un enfant, et le fait que le mot « lire » éveillerait en lui « un très grand trouble » ? Où sont les preuves ? Nous savons bien qu’il n’y en a, une fois encore, strictement aucune de valide, aucune. Point.

Voilà en quelque sorte en quoi consiste l’essentiel de la méthode psychanalytique : 

1. Partir d’une théorie de l’inconscient toujours non démontrée de manière valide, et du reste, non démontrable, mais posée arbitrairement sur la base d’une croyance en un déterminisme psychique inconscient, prima faciae absolu, lequel interdit à cette théorie toute mise à l’épreuve par des tests expérimentaux valides. C’est une théorie irréfutable, qui oblige (nous soulignons) leurs utilisateurs, à ne voir constamment (et uniquement) que des confirmations toujours lues à partir d’elle, d’une part, et, d’autre part, à s’obstiner ad nauseam à ignorer cet argument épistémologique pourtant dévastateur : non, les confirmations déductibles d’une théorie, et toujours lisibles à partir d’elles, ne sont pas des preuves valides et indépendantes de cette théorie. 

2. Utiliser une méthode symbolique qui est loufoque , parce qu’elle ne s’interdit aucun excès, aucun rapprochement, aucune analogie, aucun ridicule, et parce qu’elle n’est finalement le support que d’une « pensée » sophistique des psychanalystes, voire même d’une « pensée magique », comme la qualifia Claude Lévy-Strauss (Cf. Jacques Bouveresse. « Philosophie, mythologie et pseudoscience. Wittgenstein lecteur de Freud », éditions l’Eclat, Paris, 1991). La méthode symbolique, entre les mains d’un psychanalyste, cela devient vraiment des histoires à dormir debout pour identifier tout et n’importe quoi dans n’importe quel comportement humain (ou même dans l’esprit) du moment que cela « confirme » (…) les théories de la psychanalyse ou les préjugés du psychanalyste.

3. Poser, d’entrée de jeu, comme une vérité de base et non problématique, ce qui reste toujours à démontrer comme tel, et qui ne le fut ni ne l’est encore de manière valide, (quoiqu’en pensent les psychanalystes), et prétendre utiliser cette « vérité » comme un outil infaillible d’identification, de description et d’explication des motivations et des comportements humains.

4. Donc, traiter ce qui ne sont rien de plus que des hypothèses le plus souvent très hasardeuses (pour ne pas dire ridicules), comme des faits établis et indiscutables. (Traiter des hypothèses comme des faits). Ce qui revient peu ou prou, à la même chose que précédemment.

5. Utiliser de façon massive (mais ils y sont obligés, notamment à cause du point 1.), la « méthode » par sophisme post hoc ergo propter hoc, puisqu’ils sont dans l’impossibilité de fournir la moindre preuve valide d’un lien de cause à effet, entre deux phénomènes qui peuvent se suivre dans le temps. Or, il est clair qu’un phénomène inconscient que l’on tient pour la cause d’un phénomène conscient, le précède toujours dans le temps.

Le reste de ce qu’a écrit Dolto, c’est du même tonneau et tombe sous les mêmes critiques. Une phrase comme « Bien sûr, les maîtresses d’école ne le savent pas et cela doit rester inconscient », est affligeante. Elle est affligeante de ridicule, encore une fois. Et pourquoi ? On y ressent la dévotion aveugle de Dolto pour ses propres théories, qu’elles tient pour des « savoirs » dignes de respect, et ceux qui n’y seraient pas encore rompus, comme de pauvres ignorants qu’il faudrait éclairer de leur lumière.. Doit-on y ressentir de la naïveté chez Dolto, ou bien pire : de l’hypocrisie, et du charlatanisme qui tente d’exciter la vanité des non croyants en leur montrant poliment leur stupidité, et le « gain d’intelligence » qu’ils auraient à gagner à croire en pareilles histoires à dormir debout…?

Le fait que « certains enfants » ne représentent jamais la chambre à coucher des parents dans leurs dessins, est encore typique de ce qui a attiré l’attention de Dolto et de sa méthode : toujours relever les faits à la lumière de la théorie, en pensant que ce sont des « preuves ». Or, il y a bien d’autres possibilités qui peuvent motiver un enfant à ne pas représenter la chambre à coucher de ses parents dans de tels dessins, mais nous sommes sûrs qu’un psychanalyste pourrait trouver un moyen de toujours « retourner à Rome ».

Enfin, ce lien de cause à effet entre l’anorexie de « certains enfants » (…) et ce que Dolto nomme « l’anorexie scolaire » liée au manque de désir d’apprendre, et bien, c’est toujours pareil : toujours les mêmes « méthodes » employées.

<!– /* Font Definitions */ @font-face {font-family:Times; panose-1:2 0 5 0 0 0 0 0 0 0; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:auto; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:3 0 0 0 1 0;} @font-face {font-family:"MS 明朝"; mso-font-charset:78; mso-generic-font-family:auto; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:-536870145 1791491579 18 0 131231 0;} @font-face {font-family:"Cambria Math"; panose-1:2 4 5 3 5 4 6 3 2 4; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:auto; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:-536870145 1107305727 0 0 415 0;} @font-face {font-family:Cambria; panose-1:2 4 5 3 5 4 6 3 2 4; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:auto; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:-536870145 1073743103 0 0 415 0;} /* Style Definitions */ p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal {mso-style-unhide:no; mso-style-qformat:yes; mso-style-parent:""; margin:0cm; margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:12.0pt; font-family:Cambria; mso-fareast-font-family:"MS 明朝"; mso-bidi-font-family:"Times New Roman";} p {mso-style-noshow:yes; mso-style-priority:99; mso-margin-top-alt:auto; margin-right:0cm; mso-margin-bottom-alt:auto; margin-left:0cm; mso-pagination:widow-orphan; font-size:10.0pt; font-family:Times; mso-fareast-font-family:"MS 明朝"; mso-bidi-font-family:"Times New Roman";} .MsoChpDefault {mso-style-type:export-only; mso-default-props:yes; font-size:10.0pt; mso-ansi-font-size:10.0pt; mso-bidi-font-size:10.0pt; font-family:Cambria; mso-ascii-font-family:Cambria; mso-fareast-font-family:"MS 明朝"; mso-hansi-font-family:Cambria;} @page WordSection1 {size:595.0pt 842.0pt; margin:36.0pt 36.0pt 36.0pt 36.0pt; mso-header-margin:35.4pt; mso-footer-margin:35.4pt; mso-paper-source:0;} div.WordSection1 {page:WordSection1;}

–>


*Mais à cet argument, les psychanalystes pourraient répondre que « l’inconscient cela n’a pas de logique ». Voilà encore une de leur théorie (bien pratique pour affirmer sans preuve, et pour échapper à la logique la plus élémentaire) fondamentale, non démontrée, et non démontrable. Peut-être que Dolto prétendait aussi faire comme Lacan ? C’est-à-dire, « parler l’inconscient » (de l’enfant), tout en le décrivant, donc avoir été en prise directe avec lui ? Allez savoir !..


Dernière question : Françoise Dolto était-elle cinglée ?


Comme nous l’avons démontré plus haut, il y a, selon Françoise Dolto, une sorte de lien (?) « inconscient », dans l’esprit de l’enfant, entre le lit conjugal, et le verbe lire, lequel conjugué à la troisième personne du présent de l’indicatif, donne aussi, (il) « lit ». En résumant, Dolto pense que l’enfant associe (inconsciemment) le tabou sur ce qui se passe dans le lit (…) conjugal de ses parents, et une autre « interdiction », celle d’aimer lire. En fin de compte, si un enfant n’aime pas lire, c’est, selon Dolto, parce qu’il « sait » qu’il ne doit pas savoir ce que font ses parents quand ils sont enfermés dans leur chambre.. (Enfin.., son « inconscient » le « sait », mais pas véritablement l’enfant lui-même dont la conscience serait prétendument tributaire en totalité de son « inconscient »).


Il fallait mettre en évidence, (s’il en était besoin), la totale gratuité, le côté foncièrement arbitraire et dénué de tout scrupule, et de toute méfiance un tant soit peu rationnelle dont fit preuve Françoise Dolto sur sa propre manière de penser, d’argumenter, et de démontrer. 

Nous ajouterons que le niveau de naïveté de Dolto sur le fait qu’elle ait pu croire que tout son charabia fut  rationnellement fondé et n’éveillerait plus tard aucun soupçon sur sa santé mentale et son honnêteté est si  consternant et incroyable que cela nous amène inévitablement à penser plutôt ceci : est-ce que Dolto ne savait pas tout simplement qu’elle disait et écrivait n’importe quoi, et qu’elle trompait son public, en se fichant de ce que les gens pouvaient penser d’elle, voire en en riant beaucoup intérieurement ? Est-ce que Dolto n’avait pas tout à fait conscience de faire partie intégrante de ce qu’il convient de nommer : les charlatans de la psychanalyse ?


Pour nous, la réponse est claire, c’est : oui.


Seulement, il y a un autre niveau de réponse. Selon nous, si Françoise Dolto avait vraiment une attitude aussi malhonnête face à son auditoire et à ses lecteurs, donc, s’il elle savait qu’elle disait et écrivait sciemment n’importe quoi, et, sur la base de tous ses écrits fumeux et charlatanesques, si elle était consciente de pouvoir en constater les conséquences bénéfiques pour elle qui en résultaient en matière de notoriété et d’influence (nul doute qu’elle l’était), alors, c’est que cette dame était aussi victime de mégalomanie, et qu’elle était par conséquent, cinglée. Ou bien Françoise Dolto cultivait-elle une forme particulière de « perversion narcissique » (…) en constatant que son obsession du pouvoir sur les gens crédules et ses confrères psychanalystes si prompts à vomir sur l’épistémologie de Karl Popper et les règles de logique les plus élémentaires, lui autorisaient seulement d’ouvrir les bras avec un grand sourire, et de dire : venez à moi, je sais tout, et je détiens des vérités que nul n’osera contester. Ce fut encore une vue de l’esprit de sa part, et manifestement une erreur …

  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :