Archive

Archive for the ‘Bons à rien.’ Category

Soyons clairs (2).

« As a bird » (Above the mud).
La boue, ça colle aux basques,
Et ça peut te suivre partout,
Vomie par ces ventres flasques,
Ces cons, et ces cerveaux mous.
Lacaniens, freudiens, doltoïens, et j’en passe,
De nos jours, des psys partout,
Sous ta chaise, sur ta chaise,
Sur ton oreiller, même derrière ton cou.
Avec leurs yeux ronds de carpes,
Et leurs sourires de gros toutous,
Ils bavent, ils bavent derrière moi,
Ils bavent les Saint-Bernard « je-sais-tout »…
La boue, ça colle aux basques,
Vomie par ces ventres flasques,
Tous ces psys, ces cerveaux mous,
N’ont pas compris qu’ils sont jaloux.
De la liberté, de la science, et de l’amour.
Des chevaux, des oiseaux, et des chiens fous,
Les uns galopent, les autres volent, libres,
Mais eux restent au sol, ils rampent dans le courroux.
Je vous emmerde, les psys, les freudiens et les lacaniens,
Je vous emmerde, vous dis-je pauvres bons à rien (ou crétins, c’est comme vous voudrez).
Vous pouvez crever, allongés dans votre boue,
Je n’irais même pas pisser dans votre cou.

Je vous regarde de biais,
Et je passe, vous trépassez.
Je vous regarde de biais,
Vous n’êtes dans aucun passé.

Ah ! Vous courrez, vous aussi,
Mais comme des bourricots,
Qui se prennent pour des chevaux de course..

Moi aussi, je cours, mais comme un loup,
Qui n’a jamais voulu, ni ne voudra jamais
De vos repas et de vos leçons,
Et qui ne peut se joindre, à vos diners de cons.

(Patrice VdR).
(Pour les « psychanalystes-visiteurs-et-s’autorisant-d’eux-mêmes-etc., etc., etc. » ces pourritures, ces malades, ces pauvres tarés).