Archive

Archive for the ‘Camisole mentale.’ Category

Aldoux HUXLEY. Illustre récalcitrant très éclairé.

Commentaires :

Aldous Huxley, critique ici l’une des conséquences de la société de consommation. Mais il a aussi émis des critiques contre la psychanalyse. (Voir, « Le livre noir de la psychanalyse ». Aldous Huxley, « Une supercherie pour notre siècle »).

La psychanalyse, avec sa délirante théorie de « L’inconscient » issue en droite ligne de ses non moins délirants postulats et affirmations d’un déterminisme psychique inconscient prima faciae absolu, n’est qu’une camisole mentale.
Une camisole mentale, que tout psychanalyse tente de faire endosser à toute personne, sous le couvert de lui proposer un soi-disant accès à une prétendue « libération de lui-même ». Il n’y a aucune libération de soi-même à attendre d’aucune psychanalyse. Il n’y a à attendre que des procédés de soumission à la doctrine, de manipulation mentale, de suggestion, d’endoctrinement, etc. (Cf. Nathan STERN, « La fiction psychanalytique »).
La psychanalyse est toujours une camisole mentale potentielle pour tous les ignorants en épistémologie, en logique, et sur les faits de la vraie science. Les esclaves à perpétuité que sont devenus tous les psychanalystes et tous les analysés sur cette doctrine fumeuse et pseudo-scientifique, n’ont rien acquis, contrairement à ce qu’ils croient, d’une foi authentique en la liberté, en la justice, et en la vérité. Ils n’ont pu acquérir qu’un amour irraisonné de leur propre personne, (car la psychanalyse leur enseigne aussi le « culte du Moi »), et de la psychanalyse elle-même.
Définitivement reclus dans leurs pratiques obsessionnelles (…) de l’interprétation, du symbolisme, de la  suggestion de faux, de la manipulation mentale, de la pathologisation, etc., etc.,  ainsi que dans leur croyance encore plus obsessionnelle voire hystérique dans cette drôle de théorie de l’inconscient, ils deviennent incapables de se rendre compte par eux-mêmes qu’ils élèvent jour après jour, et toujours plus haut les barrières et les murs qui les empêchent d’ouvrir les yeux sur leur propre condition d’individu soumis et terrorisés, et qui les maintiennent en tant que prisonniers volontaires et amoureux de leur servitude.
L’épistémologie fondée sur la logique, voilà l’un des ennemis mortel pour la psychanalyse. Voilà aussi l’un de leurs objet de haine, de mépris injustifié, de ressentiment, et de peur.
L’auteur de ce blog, par rapport aux psychanalystes, et aux analysés de tout poil, affirme vivre dans une toute autre sphère. Un monde, où le libre-arbitre, l’indépendance d’esprit, et le rationalisme critique sont possibles. Un monde, où ni la Vérité, ni la justice, ni la science, ni la logique, ne peuvent être des objets de crainte. Mais un monde, où une vigilance de plus en plus fréquente contre tous les vampires de l’interprétation que sont les psychanalystes, est de plus en plus nécessaire.
La psychanalyse, en tant qu’indiscutable camisole mentale, participe depuis longtemps déjà à la mise en place de ce totalitarisme au visage nouveau, si bien anticipé par le génie d’Aldoux Huxley : le totalitarisme sophistiqué.