Archive

Archive for the ‘Carl Gustav JUNG.’ Category

Carl Gustav JUNG.

« J’aimerais vous rendre attentif au fait que votre technique de traiter vos élèves comme vos patients est une fausse manoeuvre. Vous produisez par là des fils-esclaves ou des gaillards insolents (Adler, Stekel, et toute la bande insolente qui s’étale à Vienne). Je suis assez objectif pour percer votre truc à jour. Vous montrez du doigt autour de vous tous les actes symptomatiques, par là vous rabaissez tout l’entourage au niveau du fils ou de la fille, qui avouent en rougissant l’existence de penchants fautifs. Entretemps vous restez toujours bien tout en haut comme le père (…) Voyez-vous, mon cher Professeur, aussi longtemps que vous opérez avec ce truc, mes actes symptomatiques ne m’importent pas du tout, car ils ne signifient absolument rien à côté de la poutre considérable qu’il y a dans l’oeil de mon frère Freud. » (Jung). 

S. Freud, in « Les illusions de la psychanalyse. » Jacques Van Rillaer. Chapitre : « l’argument des résistances. »

*           *           *

Catégories :Carl Gustav JUNG.