Archive

Archive for the ‘chaîne de propagande de l’idéologie psychanalytique.’ Category

ARTE : Achtung! (…), "personne ne bouge"!

20 décembre 2014 Laisser un commentaire

(function(i,s,o,g,r,a,m){i[‘GoogleAnalyticsObject’]=r;i[r]=i[r]||function(){ (i[r].q=i[r].q||[]).push(arguments)},i[r].l=1*new Date();a=s.createElement(o), m=s.getElementsByTagName(o)[0];a.async=1;a.src=g;m.parentNode.insertBefore(a,m) })(window,document,’script’,’//www.google-analytics.com/analytics.js’,’ga’); ga(‘create’, ‘UA-57220096-1’, ‘auto’); ga(‘send’, ‘pageview’);

Voir d’abord le délire psychanalytique avec tous ses dogmes au grand complet, ici :

(Lien corrigé).
En 1973, le sociologue Robert Castel notait: 
« La psychanalyse est l’idéologie par excellence d’aujourd’hui (plus modestement, aujourd’hui-en-France-dans-les-milieux-intel-lectuels-“progressistes”) » (le psychanalysme, p. 258).
« Subversive », la psychanalyse ? Dans le détail, Arte nous démontre que non!
« Arte » ? Une chaîne de télévision au service de l’idéologie dominante franco-française, tout comme France Inter. D’ailleurs, on peut entendre la voix d’un des petits Goebbels de l’idéologie dominante, issu de France Inter, pendant ce clip.
…Alors, que personne ne bouge (…), vous êtes susceptibles d’être taxés de « névrosé résistant », ou de « quérulent processif », voire « d’antisémitisme masqué ». Et que tout le monde possède sur lui, et en permanence ses « papiers en règles en faveur de la psychanalyse, grande débitrice de prêt-à-penser du « psychisme-du-soi »… Que personne ne bouge! Vos « parents » psychanalystes (ils se veulent tous potentiellement capables de symboliser le père ou la mère), vous surveillent en regardant dans le trou de serrure, car vous ne devez rien leur cacher, et surtout, tout dire, sans résistance aucune. Vous devez même abandonner vos naturels réflexes (si j’ose dire) rationnels, au profit de l’irrationnel psychanalytique. Que personne ne bouge, cela veut donc dire aussi, surtout pas de pensée critique contre la psychanalyse.
Psy avides 4
*                             *                         *
Effectivement, cher(e)s récalcitrant(e)s éclairé(e)s, « personne ne bouge »! C’est-à-dire que personne dans ce clip d’Arte n’ose bouger ni se bouger face aux sempiternels dogmes et autres délires de la psychanalyse. Quant aux facéties d’Elisabeth Roudinesco, accusant les références de Michel Onfray de se fonder sur des traductions dépassées… Si l’on songe que la plupart des maisons d’éditions sont contrôlées par les freudiens, il y a de quoi rire, Madame.. Mais on rit jaune, surtout quand on entend Arte accuser Michel Onfray de ne vouloir faire que du chiffre pour engrosser l’industrie littéraire! Que dire, alors, de l’invasion (barbare) des écrits délirants et envahissants de la psychanalyse, et de tous ses aficionados dans toutes les librairies de France et de Navarre ? Si les gens d’Arte ne voient pas encore la mainmise socio-culturelle de la pensée unique psychanalytique dans l’univers de la littérature française ou ailleurs et les bénéfices lucratifs et idéologiques que cela occasionne pour eux, c’est qu’ils ne sont « éclairés » que par les lueurs du miroir aux alouettes de la psychanalyse.
Dans ce clip, c’est l’évidence : personne ne bouge. Rien ne change. C’est le statu quo. La psychanalyse fait remonter des souvenirs d’enfance qui seraient essentiels. Quid de toute la critique sur les faux souvenirs ? On nous dit que par la psychanalyse, on comprend que « tout est symbole ». Mais, si « tout est symbole », alors, rien n’est symbole. Car une théorie qui explique tout, n’explique rien du tout! C’est un des fondamentaux, oserions-nous dire, de l’épistémologie…
Nous serions tous dépendants de cet inconscient mythologique institué à grands renforts de fabrications, de délires et de mensonges par la psychanalyse. Quid des critiques dévastatrices fournies par l’épistémologie, de l’histoire du freudisme, des résultats thérapeutiques nuls, etc. ?.. On nous présente un monde incompréhensible sans avoir « compris » le Complexe d’Oedipe. Quid de la question reposant sur ceci : la psychanalyse n’est qu’une doctrine qui se condamne sans arrêt à ne voir que des confirmations de ses théories et demeure dans l’incapacité totale de nous en fournir la moindre preuve indépendante, et ce, depuis les débuts jusqu’à nos jours! Effectivement, il faut enfoncer le clou : ce serait absurde, le monde sans le Complexe d’Oedipe, mais pourquoi et pour qui ? D’abord pour les psychanalystes et tous ceux qui se sont laissés prendre à ses absurdités et autres délires interprétatifs, parce qu’ils se trouveraient alors incapables de lire le monde et de le comprendre avec des yeux réalistes. Tout s’effondrerait pour eux, et cela occasionnerait encore une autre « blessure narcissique » (…) insupportable. Donc, on tente encore de culpabiliser ou de « renvoyer à elles-mêmes », par anticipation, toutes les critiques potentielles, en leur coupant l’herbe sous les pieds. Mais pour les gens informés, c’est un coup de serpe donné dans le vide. Voilà l’idée que ne supportent pas les psychanalystes.
Michel Onfray est ridiculisé dans ce clip. Il fallait s’y attendre, rien ne bouge : toujours le même comportement social lamentable des psychanalystes et de leurs partisans vis-à-vis de leurs critiques. Freud pas misogyne et soucieux de la personne humaine ? C’est énorme d’affirmer des choses pareilles. Le visiteur de ce blog pourra se reporter au texte relatant comment Freud a abandonné quatre de ses soeurs au nazisme, sans scrupules aucun aux seules fins de sauver de l’argent laissé à Vienne!
Les psychanalystes respectueux des femmes et capables de comprendre la sexualité féminine ? Encore plus énorme. Il suffit de se reporter, ne serait-ce qu’aux reportages de Sophie Robert sur cette question pour être édifié sur les délires proprement ridicules des psychanalystes en matière de sexualité féminine, comme en matière de sexualité en général. On dépasse dans ce domaine le stade du comique involontaire, et on a presque pitié pour les psychanalystes à les entendre débiter leurs idioties.
L’on nous dit que ce sont les psychanalystes, ou par l’analyse que l’on apprend qu’il n’y aurait pas de destin (individuel), alors même que cette fumeuse théorie se fonde encore bec et ongles, sur le délire du déterminisme psychique inconscient, prima faciae absolu, et excluant tout hasard et tout non-sens ; alors que cette théorie avance la non moins fumeuse et non prouvée théorie du « refoulé » qui serait soi-disant immuable, ou encore que « tout se jouerait avant 6 ans », etc., etc., etc….
Il est possible de démolir, point par point, tous les arguments « pro » psychanalytiques soumis par les incantations des commentateurs de ce film. Point par point. Inutile de refaire ce travail ici, il est déjà fait dans d’autres textes de ce blog, et par tous les autres récalcitrants éclairés, honnis, et pour cause, par les membres de secte psychanalytique dont Arte souhaite encore se faire l’écho.
Bref, cet étalage « pro » psychanalytique est  obscène et ouvertement propagandiste tellement il force l’éloge de la psychanalyse sur fond de tentatives d’humour.
Mais ce clip comblera de joie les « psychanalystes-visiteurs-et-s’autorisant-d’eux-mêmes-et-autres-psychothérapeutes-de-boulevard » : et oui, effectivement, « Rien ne bouge! » : toujours les mêmes dogmes qui s’imposent, et qui cherchent à se maintenir avec les mêmes méthodes.