Archive

Archive for the ‘CONFUCIUS.’ Category

Confucius.

« Chacun a ses buts propres, mais, dans les cycles est les rythmes précipités, répétitifs, du travail, quel loisir avons-nous d’écouter le fond de notre coeur ? La partie de nous-mêmes qui joue un rôle social est clairement visible, mais nous étouffons trop souvent la voix de notre âme. »

(Confucius. In : Yu DAN. « Le bonheur selon Confucius. Petit manuel de sagesse universelle ». Éditions Belfond, Paris, 2006, page : 145).

Commentaires :

« Nous étouffons trop souvent la voix de notre âme ». Parfois, il faut savoir dire ce que l’on a sur le coeur ; parfois, il faudrait savoir l’oublier ; et parfois, il faudrait le taire. Faisons un choix : oublions les mauvaises pensées, toutes les mauvaises pensées, mais n’oublions pas nos erreurs. Et assurons-nous d’être suffisamment fort, avant de révéler ce que nous avons sur le coeur, tout en conservant un minimum d’audace ; c’est-à-dire l’audace de risquer de commettre d’autres erreurs. Par « force », nous entendrons cette compétence à utiliser les mots afin qu’ils travestissent le moins possible nos émotions et nos sentiments. Sans les mots nous ne sommes pas grand chose. Einstein disait : « sans le langage, la condition humaine se découvre pitoyable ». Seulement, en certaines circonstances, voire dans beaucoup de circonstances, les mots sont toujours nos ennemis. C’est aussi une des raisons pour laquelle, peut-être, la Science se voit toujours dans la nécessité de faire évoluer ses « mots », ses descriptions, ses théories, sans pour autant qu’elle n’abandonne jamais sa « permanence » : la recherche de la Vérité. Cependant, bien que la condition humaine dépende, pour une très large part, du progrès de la Science, elle nous semble différer un peu sur ce point : et si la vie d’un individu consistait aussi à apprendre à utiliser de mieux en mieux les mots, le langage, mais vers une « entropie » : finir par parler peu, mais parler bien ?

Catégories :CONFUCIUS.