Archive

Archive for the ‘Giacomo Leopardi.’ Category

Giacomo LEOPARDI.

(function(i,s,o,g,r,a,m){i[‘GoogleAnalyticsObject’]=r;i[r]=i[r]||function(){ (i[r].q=i[r].q||[]).push(arguments)},i[r].l=1*new Date();a=s.createElement(o), m=s.getElementsByTagName(o)[0];a.async=1;a.src=g;m.parentNode.insertBefore(a,m) })(window,document,’script’,’//www.google-analytics.com/analytics.js’,’ga’); ga(‘create’, ‘UA-57220096-1’, ‘auto’); ga(‘send’, ‘pageview’);

J’ignore si mes sentiments sont le résultat de la maladie, mais je sais que, malade ou bien portant, je foule aux pieds la lâcheté humaine, je récuse toute consolation et tout mensonge puérils, et je me sens le courage de me passer de tout espoir, de considérer sans trembler le désert de la vie, de ne rien me cacher de l’infortune humaine, et d’assumer toutes les conséquences d’une philosophie douloureuse, mais vraie.

Petites oeuvres morales de Giacomo Leopardi.

Mes sentiments, ou ce qu’il m’en reste (…) ne sont pas et n’ont jamais été le résultat de la maladie, mais je sais que non malade et bien portant, je foule aux pieds la lâcheté humaine, je récuse définitivement toute consolation et tout mensonge puérils, et je me sens tout à fait le courage de me passer de tout espoir, de considérer sans trembler aucunement le désert de la vie, de ne rien me cacher de l’infortune, et d’assumer vraiment toutes les conséquences d’une philosophie douloureuse, mais en tous points honnête et vraie.

Petites oeuvres morales inspirées de Giacomo Leopardi.

(Patrice Van den Reysen).

Plutôt la vie que la psychanalyse.

Catégories :Giacomo Leopardi.