Archive

Archive for the ‘Jacques LACAN’ Category

Jacques LACAN. De la crachose à la topofolie.

Pour « Les psychanalystes-visiteurs-et-autres-psychothérapeutes-de-boulevard-et-s’autorisant-d’eux-mêmes-etc., etc., etc….. » :

« Si nous nouons, comme c’est ici représenté [par un nœud borroméen (…)] le  symbolique avec le réel, ce qui bien sûr serait l’idéal, à savoir que puisque les mots font la chose, la  Chose freudienne, la crachose freudienne, je veux dire que c’est justement de l’inadéquation des mots  aux choses que nous avons affaire ; ce que j’ai appelé la Chose freudienne c’était que les mots se moulent  dans les choses ; mais il est un fait c’est que ça ne passe pas, qu’il n’y a ni crachat ni crachose et que l’adéquation du symbolique ne fait les choses que fantasmatiquement. De sorte que le lien, l’anneau que serait ce symbolique par rapport au réel ou ce réel par rapport au symbolique ne tient pas. » 

(Jacques Lacan, colloque sur la jouissance dans la logique psychanalytique).

Le reste, écrit par Jeanne Lafont, n’est qu’élucubrations toutes aussi débilitantes les unes que les autres. On nous montre des dessins du maître, et on élucubre, on élucubre, semble-t-il pour la seule jouissance d’élucubrer. Des preuves ? De vraies démonstrations ? Vous pourrez chercher longtemps, sans fin. Evidemment, il n’y en a strictement aucune.

Il faut nous reporter encore une fois aux mots de Schopenhaeur, pour caractériser tout le fatras lacanien : « encore un rêve de dément, issu de la langue et non de la tête ».

La psychanalyse, c’est fait pour les narcissiques, les snobinards. Ceux qui ont besoin de se venger de la normalité des autres, de leur autonomie, de leur capacité à assumer seuls leurs bonheurs et leurs souffrances. Ceux qui ont besoin de se venger des personnes qui croient en la liberté, qui la comprennent, et qui l’assument tous les jours, sans eux.

La psychanalyse, c’est fait pour ceux qui se sont sentis et se sentent toujours rejetés par la normalité. C’est un truc qui permet de porter un masque de pseudo-normalité, lequel est une véritable armure. Armure et masque qui permettent de dissimuler toutes leurs perversions, leurs besoins obsessionnels (…) d’emprise sadique sur les autres par le biais du vampirisme de l’interprétation. Mais ces besoins d’emprise, ce sadisme, ce vampirisme, sont tout à fait conscients, l’ont toujours été, et le seront toujours.

Ils le savent : la psychanalyse ne leur a servit à rien, sauf, dans beaucoup de cas,  à gagner beaucoup d’argent, quitte à détruire la vie de leurs victimes.

La psychanalyse ne leur a servit à rien de personnel, et  ne sert à personne, ils le savent encore mieux, sauf encore une chose très importante : endosser les habits idéologiques qui permettent d’accéder à la respectabilité institutionnelle insidieusement acquise par cette intolérable auto-permission de débiter sans arrêt des interprétations portant atteinte à la dignité d’autrui. Interprétations d’autant plus insultantes qu’elles sont souvent de nature intime et non souhaitées, que les gens ne possèdent pas, la plupart du temps, les connaissances épistémologiques pour les réduire à néant ou les ridiculiser sur le vif,  et que par conséquent, ils doivent en subir les effets de déstabilisations. Déstabilisations qui ne correspondent nullement, dans leurs expressions possibles, à la prétendue « mise au jour » d’aucun soi-disant « symptôme névrotique ».

Une façade de mots, de rhétoriques, et tout un arsenal de suggestions, d’humiliations, d’infantilisations, etc. Voilà tous ces minables ressorts qui font rebondir les psychanalystes comme des zébulons, en retournant sans arrêt et freuduleusement à leur profit le sens des critiques que l’on porte contre leurs « théories », leurs interprétations, etc… Non seulement ce sont des zébulons, mais en plus il travaillent infatigablement sur un trampoline!

La psychanalyse lacanienne, c’est fait pour les plus jobards de cette secte. Des « noeuds borroméens » ? Une mathématique du psychisme ? Un « point d’attraction unaire » ? Mais comment certains se sont-ils laissés embarquer dans de tels délires pseudo-intellectuels ? Peut-être avaient-ils remplacé l’usage de la cocaïne freudienne par du LSD pour aller plus loin dans leurs visions de néant ?..

*                                 *                              *

P.S. : rappel de quelques informations utiles. (À l’usage des « psychanalystes-visiteurs-et-autres-psychothérapeutes-de-boulevard-et-s’autorisant-d’eux-mêmes-etc., etc., etc…. »).

Article 9 du code civil, sur la vie privée :

« Chacun a droit au respect de sa vie privée. Les juges peuvent, sans préjudice de la réparation du dommage subi, prescrire toutes mesures, telles que séquestre, saisie et autres, propres à empêcher ou faire cesser une atteinte à l’intimité de la vie privée : ces mesures peuvent, s’il y a urgence, être ordonnées en référé. »

(Source).

Catégories :Jacques LACAN