Archive

Archive for the ‘Les psychologues people.’ Category

"Certaines choses de la vie".

(function(i,s,o,g,r,a,m){i[‘GoogleAnalyticsObject’]=r;i[r]=i[r]||function(){ (i[r].q=i[r].q||[]).push(arguments)},i[r].l=1*new Date();a=s.createElement(o), m=s.getElementsByTagName(o)[0];a.async=1;a.src=g;m.parentNode.insertBefore(a,m) })(window,document,’script’,’//www.google-analytics.com/analytics.js’,’ga’); ga(‘create’, ‘UA-57220096-1’, ‘auto’); ga(‘send’, ‘pageview’);

Ceux qui se montrent tellement avides de jugements sur les autres, qui les mettent si promptement à l’index ou sous le pouce de leurs interprétations, n’atteignent-ils pas, le plus souvent le summum de cette présomption « domestique » qui confine dans certains cas à l’insupportable, puis finalement au ridicule ?
Leurs oeillades sévères, leurs reproches, et tout le reste… On dirait qu’ils ont l’insigne privilège de vivre à perpétuité dans un monde « d’amour et de beauté », dans un monde si parfait pour eux, et où les autres en sont si indignes, que tous ces grands princes et autres princesses qui aiment tellement se draper de bonnes idées quant il s’agit de vous trainer dans la boue qui ne provient jamais que de leurs esprits, ne songent en réalité qu’à une chose : se glorifier sans arrêt de cette vanité à se croire au-dessus des autres, meilleurs qu’eux en tous points, et dotés de tous les pouvoirs pour les humilier, les vilipender, et tant d’autres choses…
Dès lors, bien loin d’être les rois et les reines de la loyauté, de la vérité, de la morale et de toutes autres saines valeurs, ils ne sont en fait que les serviles valets de la bassesse humaine, de sa cruauté, de sa méchanceté, tout en étant les empereurs de la bêtise.
Leurs vues sur l’être humain sont si étroites, si réductrices, et si haineuses en fin de compte qu’ils ne se donnent strictement aucune chance de parvenir à s’éclairer eux-mêmes sur ceci : le côté obscur qui les anime sans arrêt n’est que l’exact et permanent reflet du fin fond de leurs personnalités. Des êtres méchants, des personnages toxiques et qui n’ont rien d’autre à faire de toutes leurs mornes journées que de prendre leurs cas pour généralité.
Toute complexité de l’Être ou bien leur échappe, ou bien excite leur ironie, ou bien encore, et c’est le plus courant, leur inépuisable haine.
Ils atteignent encore les sommets du narcissisme et de la perfidie réunis lorsqu’ils se targuent de vous « psychothérapier » ou de croire encore que tout ce que l’on entreprend est fait « dans leur direction », pour se « justifier par rapport à eux » (?), « co-psychique » (!?) ou « pour leur montrer ou prouver quelque chose », alors que l’on se fiche d’eux.
Et puis cette méthode consistant à sans arrêt décontextualiser tout ce que vous faites pour qu’ils se donnent encore raison et reviennent ad nauseam avec le fiel de leurs « remontrances » et coups fourrés en tous genres, ajouté à leur illusion ridicule que l’on aurait encore des illusions (…) sur leur bienveillance ou sur leur clarté et pertinence de vues, tout cela est finalement pitoyable, ou affligeant, comme on voudra.
Ces gens-là, moi, l’auteur de ce blog, qui ne suis ni un génie, ni un philosophe, ni un écrivain, tout juste un mauvais poète parfois, et qui n’a d’autre but que d’essayer chaque jour de rester distant par rapport à cette populace et à ses déjections venimeuses, je les méprise en même temps que je les plains.
Outre leur bassesse génétique, je dirais, ces gens-là sont invariablement jaloux. Ils constatent que vous êtes capables d’éprouver de vrais sentiments, que vous avez des compétences, alors qu’eux en sont incapables sauf pour nuire aux autres, donc, il faut pour les rassurer que vous soyez un menteur, ou un perpétuel imposteur à vous-mêmes. Mais là encore, il ne font jamais que « vous lire » qu’à partir de leurs « propres filtres » de négativité, de méchanceté, de perfidie, d’orgueil, de vanité, et dans certains cas, de cruauté morale.
La cruauté morale, et l’acharnement dans son usage contre vous est leur modus vivendi favori, dont ils ne peuvent se passer et qu’ils confondent, insigne preuve de leur insondable sottise, pour de la « force » ou de la « hauteur » de caractère.
Pour que tout ce lamentable cortège de stratagèmes de petites gens fonctionne, il leur faut enfin se persuader que l’auteur de ce blog soit suffisamment idiot pour ne s’en être jamais rendu compte assez tôt. Mauvaise pioche : cela fait belle lurette que l’auteur de ce blog ne se fait plus aucune illusion sur la valeur de ces gens-là, c’est-à-dire sur leur propension si affirmée à cultiver la nullité personnelle, qu’elle en a toute les apparences d’un déterminisme le plus strict.
Leur science du crachat n’a jamais été celle de l’auteur de ce blog, et ne le sera jamais, je suis au regret de le leur dire. Toute leur infâme virtuosité dans la lâcheté, dans le rebond rhétorique, laquelle contribue encore à nourrir leurs illusions sur leur niveau d’intelligence (éternelle question : mais par quoi ils la remplacent ?…), me laisse non seulement et désormais absent à toute réaction de colère, mais encore et pour toujours, présent dans mon propre coeur et jusqu’au fond de mon âme proche de ce but : ne plus jamais tenir compte d’un seul de leurs mots, ni même de leurs regards.
En effet, il est inutile de se préoccuper de ce que pensent ces minables de la psychanalyse, notamment lacanienne : cela leur donne trop d’importance, et ça les instruit.
Je me fiche de vous, soyez en définitivement assurés.
Au revoir.
La psychanalyse, c’est l’intelligence des huîtres, celles qui ne fabriquent pas de perles.
Plutôt la vie que la psychanalyse.
P.S. :

L’auteur de ce blog n’a aucun « faux scrupules » envers les personnes qui ne l’aiment pas ou qui le toisent en se croyant dans un univers « plus élevé » que le sien, c’est-à-dire qu’il n’a tout simplement aucun scrupule envers eux. Il se fiche d’eux autant qu’ils peuvent l’insulter ou le railler, ou encore essayer de le psychothérapier (ou quoi d’autre) dans le seul but de pallier à des « blessures narcissiques » (…) que n’a pas l’auteur de blog,  etc. sans jamais oser se montrer au grand jour. Ce sont donc des gamins qui prennent leurs cas pour généralité. 
L’auteur de ce blog n’en a pas davantage envers ceux qui traitent ses écrits de « boursouflures prétentieuses », car il ne prétends qu’à une chose : informer les gens, à son niveau, sur ce qu’est vraiment la psychanalyse. Le reste, il s’en fiche éperdument, comme par exemple ce que ces gens peuvent bien penser de lui, car de toute manière, ils ne pensent pas. A ses yeux, ils ne sont tout simplement pas dignes d’avoir un cerveau. Point.
L’auteur de ce blog a toujours raison (…) sur ce point : la psychanalyse, c’est fait pour les minables et pour les narcissiques paumés qui souhaitent s’égarer encore plus. L’auteur de ce blog, n’est ni un minable, ni un narcissique paumé. Point, fermez les guillemets.
Recevez mes salutations distinguées.

Vous pouvez continuer d’admirer l’une des icônes de votre secte : 

Voilà un regard plein d’amabilité, très motivé, et dénué de toutes contradictions… 

Quant au costume d’apparat qu’elle endosse, c’est sans doute pour nous dire qu’elle a choisi d’endosser aussi les réflexes idéologiques et autres méthodes de l’un de ses maîtres ci-dessous : le « camarade » Staline. Et oui, quand on est de la même « famille », on cultive les mêmes codes et on écrit aussi les mêmes torchons destinés à supporter tout le fiel coloré, odorant et nauséabond de la propagande fanatique et délirante. Mais, faut-il le répéter, il est vrai que « le papier supporte tout »…

Les camarades lacaniens de cette grande figure de la psychanalyse franco-franchouillarde à la sauce parigo, bref la psychanalyse « grand teint », seront donc pleinement satisfaits : pour une fois, les symboles ont du contenu empirique, ils correspondent bien aux faits, et ils ne risquent plus de duper qui que ce soit sur les intentions de ceux qui les utilisent…

?!….

*                    *

*

??!!!!…