Archive

Archive for the ‘non à la guerre.’ Category

Non à la guerre.

Cher(e)s récalcitrant(e)s éclairé(e)s,
Dans cette drôle de vie, il y a des choses bien plus importantes que la psychanalyse, ou la Coupe du Monde de rugby. Il y a la conjoncture internationale, et certains indices du risque d’une troisième guerre mondiale identifiés par de plus en plus d’intellectuels. Quoi de plus grave dans un avenir proche ? La réponse est claire : rien. Rien ne serait plus grave.
Comme vous le savez, le Moyen Orient est une poudrière, depuis très longtemps. Mais tout dernièrement les choses s’aggravent avec les risques de confrontations entre la Russie et les USA. Sans parler du fait que la Chine risque aussi d’entrer en lice..
C’est donc le moment de nous montrer citoyens, et d’agir en tant que tels, avant qu’il ne soit trop tard. Je vous propose de lire et de réfléchir, et de partager ce texte :

*                 * 
.. »Mais jusqu’ici tout va bien! ». (Continuons de faire des rots de fromage devant le match de foot, d’ici là, entre la poire et le fromage, nous avons encore le temps de réfléchir s’il faut nous inquiéter ou non de risquer de terminer grillés comme des saucisses en observant un énorme boum à la fenêtre de nos maisons).

Question : être « citoyen », qu’est-ce que cela veut dire ? Qu’est-ce que cela implique ? Cela implique que nous tous, nous sommes aussi l’opinion publique (ce n’est pas seulement les députés, et les divers décideurs du monde politique, par exemple). Chaque citoyen fait partie de ce qui donne un contenu et un sens à « l’opinion publique ».

Que devons-nous faire ? Discuter, échanger, et tous dire non à la guerre. Sensibiliser nos gouvernants sur le fait que nous ne voulons pas d’une troisième guerre mondiale. Leur montrer que nous réfléchissons, que nous en discutons et que nous sommes contre. Et tenter d’en expliquer les raisons, au lieu de toujours laisser les autres le faire à notre place.

La démocratie, l’Etat de droit, la liberté, tout cela ne fonctionne pas ou s’arrête un jour brutalement d’exister sans une chose essentielle : la responsabilité individuelle. Celle-ci englobe, selon moi, la notion de citoyenneté laquelle suppose une implication rationnelle par rapport aux événements qui peuvent gravement et durablement influencer tout ce que nous avons construit et qui risque d’être complètement détruit, du jour au lendemain. « Cela ne nous arrivera pas ?… » ; « Chez nous, tout ira bien…?  » ; « La guerre sera restreinte au Moyen Orient…? »

Mais qui sera assez perspicace pour envisager toutes les conséquences possibles de ce qui se passe aujourd’hui au Moyen Orient ? Réponse : PERSONNE.

Il faut donc agir, avant qu’il ne soit trop tard, et pour le citoyen moyen, pour le « vous et moi », cela consiste à montrer que nos réflexions existent et qu’elles convergent toutes vers cet objectif : dire non à l’éventualité d’une autre guerre planétaire ; faire entendre ce non ; et convaincre les incrédules, les endormis, le plus grand nombre.

(Patrice Van den Reysen, enseignant).