Archive

Archive for the ‘Peggy SASTRE.’ Category

Peggy SASTRE. « Les psychanalystes, premières victimes de la psychanalyse ».

27 novembre 2012 Laisser un commentaire

 

Un article de Peggy SASTRE.

Extraits :

Mélissa BOUANA :

« Pour certains troubles, comme l’autisme, la psychanalyse est toujours la seule façon de guérir envisagée. Or, quand la psychanalyse fonctionne en vase clos, ça va, mais lorsqu’elle entend imposer à tout le monde ses vues dépassées sur le psychisme, c’est un problème selon Peggy Sastre, auteur de « No Sex » et « Ex-utero ». »

Peggy SASTRE :

« A bien des égards, la psychanalyse ressemble aux rats-taupes. Pas vraiment une anomalie, non, plutôt le bout du bout d’une branche phylogénétique. Elle est fragile certes, elle est soumise à rude épreuve, aussi, mais (et la comparaison avec l’heterocephalus glaber s’arrêtera là) elle a encore besoin d’un bon coup pour abréger ses souffrances fossiles.

« Qui ne s’adapte pas disparaît », c’est une maxime évolutionnaire connue, pour d’aucuns c’est même la loi de la sélection naturelle. Mais elle ne dit pas tout, car qui ne s’adapte pas peut toujours trouver une niche où ses excentricités évolutives seront comme un coq en pâte ; un cul-de-sac bien confortable, quasiment sur mesure, où il sera très difficile de le déloger.

En France, la psychanalyse a trouvé sa niche, une terre où l’amour de l’idéologie joue des coudes avec le goût de la hiérarchie, de l’autorité, des choses qui s’imposent et qui ne se discutent pas. De même, en France tout le monde se fout un peu des faits, c’est une culture où on se répète que les faits ne disent pas tout, qu’on peut leur faire dire ce qu’on veut. D’ailleurs, on s’en méfie des faits : la rigueur scientifique cache toujours quelque-chose, alors tant qu’à faire, mieux vaut s’en débarrasser. »

(…)

« (…) le plus gros problème de la psychanalyse, à mon sens, c’est sa toxicité exogène. Le fait que non seulement elle est nuisible pour ceux qui la pratiquent, mais qu’elle est inefficace, au mieux, et délétère, au pire, pour ceux qui ont aujourd’hui d’autres moyens de soigner ou d’atténuer leurs troubles psychiques. (…) ».

(…)

« En regardant le film de Sophie Robert, ce n’est pas donc, à tout prendre, le jargon sectaire et métaphysique des psychanalystes interrogés qui m’a le plus interpellée ou choquée – j’étais au courant –, mais c’est d’entendre Sandrine Guy, mère d’un adolescent autistique, raconter comment son fils a été « analysé » contre son gré, et avec quelle perplexité elle a reçu ce rapport « complètement délirant » et « effrayant », où une thérapeute avait tout simplement plaqué du Lacan sur son fils, sans autre forme de procès. »

Sophie ROBERT :

«  »Un psychanalyste », m’a-t-elle expliqué, « c’est d’abord quelqu’un qui souffre dans sa jeunesse, et qui va chercher des solutions sur le divan. Et après des années de divan, il finit par adopter le mode de vie et de penser psychanalytiques, dans une oblitération totale de sa subjectivité.  C’est une dynamique d’embrigadement à laquelle ils tiennent tout particulièrement : les psychanalystes eux-mêmes sont d’abord passés sur le divan, sont devenus dépendants à l’analyse et inféodés à la psychanalyse. Cela touche énormément de gens qui n’ont aucune connaissance des fondements théoriques de la discipline. C’est aussi pour eux que j’ai fait mon film. » »

Catégories :Peggy SASTRE.